La vie après la mort

Que se passe-t-il après la mort ? Peut-on voir Dieu ? Qu’est-ce que le purgatoire ? Le frère Gilles Emery nous introduit aux questions eschatologiques chez saint Thomas d’Aquin.

 

 

Qu’est-ce qui est préparé pour l’homme après la mort ?

 

Ce qui est préparé pour l’homme après la mort, c’est la rencontre avec le Seigneur, une rencontre qu’on appelle le « jugement particulier », où le Seigneur fera la lumière sur ce que nous avons vécu sur cette terre, la lumière sur le bien et le mal que nous avons accompli. Ce sera un jugement de justice et de miséricorde, car Celui que nous rencontrerons, c’est le grand prêtre miséricordieux, qui est compatissant. Nous espérons alors recevoir le bonheur que Dieu a promis aux siens, c’est-à-dire la vision de Dieu dans l’Eglise glorifiée du Ciel, le bonheur d’être uni à Dieu en le contemplant lui-même.

 

 

 

Comment est-il possible que l’homme voie l’essence de Dieu ?

 

Dieu dépasse infiniment toute représentation, toute image, tout concept. Pour que nous puissions voir Dieu, non pas seulement en miroir comme maintenant sur cette terre, mais pour que nous puissions le voir face-à-face, tel qu’il est, Dieu fera deux choses :

  • Il nous donnera la lumière de gloire, qui est une lumière qui élèvera notre esprit pour le mettre à la hauteur de Dieu. Cette lumière transformera notre âme, notre esprit, en rendant notre âme conforme à Dieu, semblable à Dieu.
  • Il se donnera lui-même à être vu. Dieu se fera comme la forme de notre intelligence. Nous connaîtrons Dieu par lui-même. Ce sera là la source de tout notre bonheur.

 

 

 

Qu’est-ce qui demeure de l’être humain après la mort ?

 

Ce qui demeure de l’être humain après la mort, c’est l’âme. La mort est la séparation du corps et de l’âme. En vertu de sa création même, à l’image de Dieu, l’âme a reçu par nature ce don de Dieu qui est de demeurer dans l’existence, de subsister, même lorsqu’elle est séparée du corps par la mort. Mais l’âme se trouvera alors dans un état de tension, d’incomplétude, parce qu’il lui manque quelque chose d’essentiel : le corps dont elle est la forme. L’âme restera capable d’actes de connaissance et de volonté (de contemplation et de charité).

L’âme séparée du corps entre la mort et la résurrection n’est plus une personne à proprement parler, puisque le corps fait partie de ce qu’est notre personne. C’est pourquoi nous devons penser l’existence de l’âme après la mort non pas seulement en termes philosophiques, mais sur l’horizon de la résurrection. L’âme tend vers la résurrection qui lui donnera de retrouver avec le corps l’intégrité de la personne dont elle fait partie.

 

 

 

Où sont les âmes après la mort ?

 

Il est très difficile de saisir comment une réalité incorporelle, purement spirituelle, peut exister dans un lieu, un lieu qui serait corporel. Les anciens, dont saint Thomas, parlaient d’un lieu, ou plutôt d’un réceptacle pour les âmes : le purgatoire, le paradis, l’enfer. Les anciens arrivaient à intégrer ce lieu dans une vision de l’univers dans laquelle il y avait une place pour les âmes. Cette vue des choses, avec les progrès de l’astrophysique, est devenue très difficile à tenir aujourd’hui. Ce qui est sûr, c’est que les âmes, après la mort, existent réellement. En un sens, elles existent bien quelque part, dans un « lieu », mais un lieu qui n’est pas de l’ordre corporel, mais une place que Dieu a préparé pour ces âmes dans un autre ordre que celui de notre univers physique, dont il est difficile de parler parce que nous n’en savons pas grand chose, sinon rien.

 

 

 

Qu’est-ce que le purgatoire ?

 

Le purgatoire, c’est l’antichambre du paradis. Pourquoi le purgatoire ? Rien de souillé, comme le dit le livre de l’Apocalypse, ne pourra entrer dans la Jérusalem Céleste. Les âmes des saints, qui sont morts dans l’union avec Dieu, mais qui portent encore les taches de péchés légers ou les traces que les péchés ont laissé en elles, ont besoin d’en être purifiées. Davantage qu’un lieu, le purgatoire est un état : c’est l’état de purification des âmes qui sont en communion avec Dieu, mais qui ont besoin de cette ultime préparation pour être purifiées afin de voir Dieu face-à-face. Saint Thomas pensait que ce qui fait le plus souffrir les âmes au purgatoire, c’est le délai de la vision de Dieu. La vision de Dieu est, pour ces âmes, retardée. Saint Thomas avait un tel sens du désir que les âmes saintes ont de voir Dieu que, pour lui, le retard de cette vision de Dieu constituait la peine la plus dure pour les âmes du purgatoire.

 

 

 

Quel est l’effet/bénéfice de nos prières et de nos suffrages pour les défunts ?

 

Nos prières pour les défunts, nos actes de charité pour eux, et la célébration du sacrifice de l’Eucharistie, sont destinés aux âmes qui se trouvent dans le purgatoire, aux âmes en voie de purification. Il y a un échange, à travers et par la charité, entre les vivants et les morts, de telle sorte que les vivants en communion avec Dieu peuvent contribuer à la remise des peines du purgatoire et contribuer ainsi à alléger et à hâter la purification pour que ces âmes en voie de purification parviennent à la vision de Dieu. Les moyens sont différents : la prière s’adresse à Dieu, à qui elle demande ce bienfait ; les actes de charité pour les défunts tiennent leur valeur de la charité par laquelle les vivants et les morts communiquent ; le sacrifice de la messe possède la puissance de remettre toutes les taches laissées par les péchés et les conséquences des péchés.

 

 

 

En quoi la résurrection des morts consiste-t-elle ?

 

Lors de l’avènement glorieux du Christ à la fin des temps aura lieu la résurrection générale, la résurrection de tous les hommes. A ce moment-là, nous retrouverons l’intégrité de notre personne, corps et âme : un corps qui sera d’une condition différente mais qui sera un véritable corps et notre propre corps. La résurrection glorieuse, la résurrection des justes qui sont associés au Christ, y ajoutera une conformation au Christ : les corps des saints ressuscités recevront l’éclat de la lumière du Christ et participeront du bonheur du Christ avec lui. Il ne faut pas penser cela seulement de manière individuelle, mais il faut voir cette résurrection comme un événement collectif, ecclésial. Ce sera l’accomplissement même du corps du Christ qu’est l’Eglise dans toutes ses dimensions.

 

 

 

Quel effet la vision de Dieu aura-t-elle sur le corps humain ?

 

Voir Dieu, c’est un acte de l’âme, mais le corps n’en sera pas absent. Saint Thomas l’explique en donnant deux exemples :

  • Le bonheur de l’âme qui voit Dieu rejaillira sur le corps, de telle sorte que le corps participera du bonheur qui découle de l’âme, un peu comme, aujourd’hui déjà, ce que nous éprouvons dans notre âme a des répercussions sur notre corps.
  • Les sens corporels des corps ressuscités auront aussi une perception sensible de la gloire de Dieu telle qu’elle sera visible dans le corps de lumière du Christ ressuscité, et dans le corps des saints qui sont associés au Christ. Les sens des corps ressuscités exerceront une activité propre de bonheur. Le corps sera ainsi pleinement associé, dans toutes ses dimensions, au bonheur de voir Dieu.

 

 

 

Comment le jugement dernier ou général se passera-t-il ?

 

Le jugement général ou le jugement dernier aura lieu à la parousie du Christ, tout de suite après la résurrection générale de tous les hommes. Suivant saint Thomas, ce jugement général sera essentiellement une manifestation collective. Par le Christ, Dieu fera connaître à tous les voies que sa providence a mises en œuvre dans le cours du temps de nos vies pour réaliser le projet divin. Chacun recevra de connaître en quoi et comment il a contribué ou non, en bien ou en mal, au projet de salut, spécialement au projet de salut de Dieu envers les autres. Ce sera une manifestation collective. Tout ce qui est maintenant caché sera mis en pleine lumière. A l’issue de ce jugement dernier, chacun recevra dans son corps la rétribution pour le bien ou le mal qu’il a accompli durant cette vie en son corps.

 

 

Pour aller plus loin…

 

Pour voir plus de vidéos du frère Gilles Emery, cliquez ici.

Pour en savoir plus sur la vie éternelle chez saint Thomas, cliquez ici.