Les sacrements

Qu’est-ce qui constitue un sacrement ? Les sacrements sont-ils nécessaires ? Quels sont leurs effets ? Le père Benoît-Dominique de La Soujeole nous introduit à la question des sacrements chez saint Thomas d’Aquin.

 

 

Pourquoi saint Thomas place-t-il l’étude des sacrements à cet endroit de la Somme de théologie ?

 

Thomas place l’étude des sacrements juste après le traité du Christ. Cela est très traditionnel. Les sacrements sont les actes concrets du Sauveur qui nous sauve aujourd’hui. Depuis saint Thomas, on loge le mystère de l’Eglise entre la Christologie et les sacrements. Chez saint Thomas, le mystère de l’Eglise loge dans la Christologie. Les sacrements sont les actes du Christ et de l’Eglise.

 

 

 

Pourquoi et comment saint Thomas utilise-t-il la notion de « signe » pour approfondir ce qu’est un sacrement ?

 

Les sacrements sont les actes concrets du Christ qui nous sauve ici et maintenant. Pour saint Thomas, les sacrements sont des signes. Le don du Christ doit être humainement reçu, c’est-à-dire intelligemment et volontairement, par une démarche qui est une adhésion. Pour cela, il faut signifier à la personne que le Christ vient la sauver.

 

 

 

Quelle est la portée de la question à propos de la nécessité des sacrements ?

 

La question de la nécessité vient immédiatement après le signe. Est-ce que les sacrements sont la seule manière pour Dieu de faire grâce ? Non, mais les sacrements sont nécessaires, car ils correspondent à la manière dont l’homme est fait. L’homme a été créé comme esprit incarné. La démarche de l’homme qui répond à l’appel de Dieu est une démarche qui doit engager tout l’homme : âme et corps.

 

 

 

Comment saint Thomas honore-t-il le fait que les sacrements ne sont pas seulement signes mais causes aussi ?

 

Ce qu’apporte le Christ, c’est la perfection du sacrement : ce qui est signifié n’est pas seulement ce qui est promis, mais c’est le salut effectivement présent et donné. La cause est dans ce qui est signifié. Ce qui est signifié, c’est le Seigneur qui vient sauver ici et maintenant.

 

 

 

Comment les sacrements causent-ils la grâce ?

 

La grâce est l’état guéri et élevé de la nature humaine. Le sacrement véhicule la puissance de Dieu à partir de la Trinité jusqu’au fond même de l’âme. Cette causalité ne produit pas quelque chose, c’est la puissance de Dieu qui est véhiculée. Les sacrements causent la grâce par des intermédiaires, des causes instrumentales : l’humanité du Christ, le ministre, etc.

 

 

 

Quel est le lien entre les sacrements et la passion du Christ ?

 

Les sacrements ont pour contexte non seulement la passion du Christ, mais aussi le mystère pascal. Saint Thomas met l’accent sur la passion. La grâce en nous est toujours dans un double aspect : elle restaure et elle élève. La restauration est signifiée principalement par la passion du Christ ; l’élévation est davantage signifiée par la résurrection du Christ. La restauration est l’effet premier ; la vie nouvelle du Christ ressuscité est l’effet final.

 

 

 

Quel est l’effet second des sacrements ?

 

L’effet premier et principal est la participation à la vie de Dieu qui nous guérit du mal et nous élève à la vie surnaturelle. L’effet second se voit dans ce qu’on appelle le « caractère » du baptême, de la confirmation ou du sacrement de l’ordre. Le caractère est une marque du signe du Christ, une consécration objective de la personne. Cette marque dispose la personne à participer au culte chrétien. L’effet second est une élévation de nos capacités. On trouve une réalisation analogue dans les autres sacrements, qui réalisent aussi, d’une certaine manière, une consécration objective de la personne.

 

 

 

Pour aller plus loin…

 

Pour voir d’autres vidéos du père de La Soujeole, cliquez ici.

Pour en savoir plus, sur les sacrements chez saint Thomas, cliquez ici.

Scroll Up