De l’huître, ou les 4 modes de vie

A la suite d’Aristote, saint Thomas d’Aquin distingue 4 genres de vivants ou 4 modes de vie chez les vivants : les plantes, les animaux immobiles, les animaux parfaits et les hommes.

 

C’est là qu’apparaît l’huître.

L’huître est un animal immobile. Elle est plus évoluée que les plantes, mais moins que les animaux parfaits.

 

Voyons ce que saint Thomas écrit dans la Somme de théologie :

 

ST I, q. 18, a. 2, ad 1

Le Philosophe divise la vie en quatre activités. Car en ce monde inférieur, il y a quatre genres de vivants. Certains sont limités à la nutrition et à ses effets, qui sont l’accroissement et la génération ; d’autres s’étendent jusqu’à la sensation, comme les animaux immobiles, les huîtres (ostrea) par exemple ; d’autres encore y ajoutent le mouvement local, comme les animaux parfaits : quadrupèdes, volatiles, etc. ; enfin certains atteignent à l’intelligence, et c’est le cas des hommes.

ST I, q. 18, a. 3, co.

[Les animaux] qui ne sont doués que du toucher n’ont pour tout mouvement que la contractilité, comme les huîtres (ostrea), dont la capacité de se mouvoir ne dépasse guère celle des plantes. Au contraire, ceux qui sont doués d’une faculté de sentir complète, c’est-à-dire capable de connaître non seulement ce qui leur est conjoint ou qui les touche, mais encore ce qui est au loin, ceux-là se meuvent en progressant vers ce qui est éloigné d’eux.

ST I, q. 78, a. 1, co.

Quant aux différents modes de vie, on les distingue d’après la hiérarchie des vivants. Chez certains vivants, il n’y a que la puissance végétative, comme chez les plantes. Il en est d’autres qui, en plus de la puissance végétative, possèdent la sensibilité, mais non la locomotion : ce sont des animaux immobiles, comme les huîtres (conchilia). D’autres encore ont en plus le mouvement local : ainsi les animaux parfaits, qui ont besoin de beaucoup de choses pour vivre, et donc doivent se mouvoir pour chercher au loin le nécessaire. Il est enfin d’autres vivants qui ont en plus la puissance intellectuelle, ce sont les hommes.

Parce qu’elle possède quelques puissances sensitives, l’huître est un animal, mais parce qu’elle ne possède pas la locomotion, elle est un animal imparfait.

Plus on monte dans l’échelle des puissances, moins il se trouve de vivants à les posséder.

Les puissances végétatives sont possédées par les plantes, les animaux immobiles, les animaux parfaits et les hommes ; les puissances sensitives sont possédées par les animaux immobiles, les animaux parfaits et les hommes ; la locomotion est possédée par les animaux parfaits et les hommes ; les puissances intellectives sont possédées par les hommes seulement.

L’homme est donc le seul vivant à posséder toutes les puissances de l’âme.

 

L’huître ne possède que les puissances végétatives et quelques puissances sensitives. Un peu de citron suffit à s’en convaincre…

Heureux sommes-nous de pouvoir déguster une huître vivante sans que celle-ci puisse s’enfuir !

 

Articles similaires

Puissance – Acte – Objet

Puissance – Acte – Objet

Saint Thomas renvoie souvent à la distinction entre puissance, acte et objet. Cette distinction se trouve dans le plan même de sa Somme de théologie lorsqu’il en vient à étudier les puissances de l’âme humaine. Faisons un point sur cette distinction, afin de ne pas...

lire plus
De l’unité de l’intellect

De l’unité de l’intellect

Existe-t-il un intellect unique dont nous participons tous ? Ou bien y a-t-il autant d'intellects que d'individus ? Telle est la polémique du De Unitate Intellectus à laquelle Héctor Delbosco nous introduit.     La polémique du De Unitate Intellectus  ...

lire plus
La spiritualité de l’âme humaine

La spiritualité de l’âme humaine

Saint Thomas renvoie souvent à la distinction entre puissance, acte et objet. Cette distinction se trouve dans le plan même de sa Somme de théologie lorsqu’il en vient à étudier les puissances de l’âme humaine. Faisons un point sur cette distinction, afin de ne pas...

lire plus
L’âme humaine : son union au corps et ses facultés

L’âme humaine : son union au corps et ses facultés

Existe-t-il un intellect unique dont nous participons tous ? Ou bien y a-t-il autant d'intellects que d'individus ? Telle est la polémique du De Unitate Intellectus à laquelle Héctor Delbosco nous introduit.     La polémique du De Unitate Intellectus  ...

lire plus